Les frais déductibles et leur plafond pour les professionnels de santé

Les frais déductibles et leur plafond pour les professionnels de santé

Dans un précédent article, nous vous présentions deux plafonds fiscaux concernant les frais de repas et les véhicules. Nous ne pouvions pas nous arrêter en si bon chemin. Aujourd’hui, nous complétons cela avec les plafonnements sur les charges sociales facultatives et les dons aux associations.

 

1/ Les cotisations sociales facultatives

Dans le cadre de votre activité, vous avez probablement souscrit un contrat prévoyance ou une retraite complémentaire. Ces dispositifs de protection, connus généralement sous le nom de « contrats Madelin », fonctionnent comme des assurances via le versement mensuel d’une prime… laquelle n’est pas nécessairement déductible intégralement.

 

En effet, l’Administration Fiscale plafonne la déductibilité des primes versées en fonction :

  • du plafond annuel de la sécurité sociale (PASS) ;
  • de votre revenu libéral de l’année en cours.

 

Cerise sur le gâteau : le plafonnement diffère selon les contrats Madelin. La limite n’est donc pas la même pour un contrat de prévoyance et pour un contrat retraite.

 

Avec un PASS 2019 à 40.524 €, vous pouvez déduire :

  • jusqu’à 74.969 € de cotisations sur une retraite complémentaire (1)
  • jusqu’à 9.725 € de cotisations sur une prévoyance (2)

 

essai gratuit au logiciel comptable

 

2/ Dons aux associations

Au cours de l’année, vous avez versé des dons à des associations d’intérêt général (art. 238 bis du Code Général des Impôts). En échange, vous avez reçu un imprimé cerfa attestant de votre versement pour des besoins fiscaux.

Attention car votre don :

 

Exemple : vous réalisez 120.000 € d’honoraires annuels et vous avez réalisez un total de 2.000 € de dons. Votre crédit s’élèvera donc à 1.200 € (2.000 € x 60%). Vous pourrez imputer l’intégralement de votre crédit d’impôt puisque celui-ci est inférieur à 5% de vos honoraires (6.000 € = 120.000 € x 5%).

 

Et si votre crédit d’impôt avait été supérieur au plafond fiscal ? Bonne nouvelle : vous pouvez imputer l’excédent sur les cinq années suivantes.

 

 

Conclusion : au travers de nos deux articles dédiés au plafonnement des charges, vous avez pu découvrir certaines subtilités fiscales inhérentes à votre exercice libéral. Pensez-y lors de la souscription de contrats d’assurances complémentaires ou de l’acquisition d’un véhicule. Ceci est d’autant plus vrai que nombre de commerciaux méconnaissent le détail des plafonnements inhérents aux produits qu’ils vendent et qu’ils ne seront donc pas en mesure de vous pleinement vous informer.

 

(1) 969 € = 10% x 40.524 € x 8 + 15% x (40.524 € x 8 - 40.524 €)

(2) 725 € = 3% x 40.524 € x 8

Exercice en commun :  SCM ou SISA ?

Exercice en commun : SCM ou SISA ?

Dans le cadre de votre activité libérale, vous envisagez d’exercer avec des confrères/consœurs et/ou d’autres professionnels de santé. Une fois le projet médical défini (pourquoi travailler ensemble ?), il va falloir définir les modalités pratiques de cette association (comment travailler ensemble ?). Le choix de la structuration juridique est un enjeu primordial. Explications.

Professionnels de santé : sachez gérer la relation avec votre expert-comptable

Professionnels de santé : sachez gérer la relation avec votre expert-comptable

Pour honorer vos obligations comptables, fiscales et sociales, vous avez choisi de collaborer avec un expert-comptable. Vous lui envoyez vos pièces comptables, vos documents administratifs ou vos courriers fiscaux et il transforme cela en déclarations, gages de sérénité pour le contribuable que vous êtes. Pour autant, et au-delà de la nécessaire confiance placée en ce partenaire, comment s’organise la collaboration avec votre cabinet comptable ? Explications.

Frais de déplacement : les frais réels ont-ils encore un intérêt ?

Frais de déplacement : les frais réels ont-ils encore un intérêt ?

Dans le cadre de votre activité de santé libérale, vous êtes amenés à utiliser un véhicule (voiture / 2 roues) vous déplacer. Cela entraine nécessairement des charges dans votre comptabilité. L’administration vous propose de les évaluer sur la base des dépenses réellement engagées (frais réels) ou sur la base d’un forfait (les fameuses indemnités kilométriques -IK-). Devant la popularité des IK, les frais réels ont-ils encore un intérêt ? Eléments de réponse.

Vous souhaitez nous proposer vos articles ?

Une question ? Contactez-nous
* Champs obligatoires
Ou par téléphoneO9 81 98 70 90
Votre message a bien été envoyé !