L’ouverture d’un compte bancaire professionnel est-elle obligatoire ?

L’ouverture d’un compte bancaire professionnel est-elle obligatoire ?

Soucieux de maîtriser leurs coûts, de nombreux professionnels de santé se posent cette question. Tout est-il possible en matière bancaire ? Eléments de réponse…

 

Au fait, à quoi sert un compte bancaire professionnel ? A différencier votre activité professionnelle de votre vie personnelle. Concrètement, un compte professionnel permet :

  • De simplifier la gestion de trésorerie de votre activité libérale en isolant vos flux professionnels ;

 

 

Il faut savoir que la notion de compte bancaire « professionnel » ne renvoie à aucune définition légale. Il s’agit juste d’une appellation commerciale utilisée par les banques. Tout compte bancaire peut donc être utiliser comme compte « professionnel ».

L’accès à un compte bancaire professionnel est un droit : si plusieurs banques vous refusent l’ouverture d’un compte professionnel, n’hésitez pas à vous tourner vers la Banque de France qui désignera un établissement bancaire qui aura l’obligation de vous ouvrir un compte professionnel.

 

Bannière comptabilité des pros de santé

 

Est-il obligatoire d’ouvrir un compte bancaire professionnel ? Tout dépend du statut juridique de votre activité libérale :

  • Si vous exercez en BNC, vous n’avez aucune obligation d’ouvrir un compte bancaire professionnel… sauf si vous exercez sous le régime micro-BNC (anciennement auto-entrepreneur) ; dans ce dernier cas, un compte dédié à l’activité professionnelle est obligatoire depuis 2015 ;

 

  • Si vous exercez en SEL (SELARL, SELAS…), le Code de Commerce vous impose l’ouverture d’un compte bancaire professionnel dès la constitution de la société pour le dépôt du capital social.

 

Et si je n’ai vraiment pas envie d’ouvrir de compte professionnel et que je préfère avoir un compte « mixte » (professionnel / personnel) ?
On peut tous avoir de mauvaises idées ;-) et celle-ci en serait une !
En effet, en BNC, comme en SEL, les conséquences seraient potentiellement significatives. En cas de contrôle fiscal, l’administration pourrait par exemple :

  • Etendre le contrôle professionnel en intégrant un contrôle personnel ;

 

  • Requalifier en salaire les sommes déposées sur ce compte « mixte» ; l’impôt et les pénalités en résultant peuvent être extrêmement élevés ;

 

  • Procéder à une saisie sur ce compte « mixte», ce qui vous pénaliserait aussi à titre personnel.

 

Conclusion : obligatoire ou non, il est toujours plus prudent d’avoir un compte bancaire dédié à son activité professionnelle. Faites jouer la concurrence et n’hésitez pas à profiter des nouvelles banques en ligne qui proposent des tarifs professionnels à partir de 9 € HT / mois. La tranquillité et la sécurité valent bien quelques euros.

Exercice en commun :  SCM ou SISA ?

Exercice en commun : SCM ou SISA ?

Dans le cadre de votre activité libérale, vous envisagez d’exercer avec des confrères/consœurs et/ou d’autres professionnels de santé. Une fois le projet médical défini (pourquoi travailler ensemble ?), il va falloir définir les modalités pratiques de cette association (comment travailler ensemble ?). Le choix de la structuration juridique est un enjeu primordial. Explications.

Professionnels de santé : sachez gérer la relation avec votre expert-comptable

Professionnels de santé : sachez gérer la relation avec votre expert-comptable

Pour honorer vos obligations comptables, fiscales et sociales, vous avez choisi de collaborer avec un expert-comptable. Vous lui envoyez vos pièces comptables, vos documents administratifs ou vos courriers fiscaux et il transforme cela en déclarations, gages de sérénité pour le contribuable que vous êtes. Pour autant, et au-delà de la nécessaire confiance placée en ce partenaire, comment s’organise la collaboration avec votre cabinet comptable ? Explications.

Frais de déplacement : les frais réels ont-ils encore un intérêt ?

Frais de déplacement : les frais réels ont-ils encore un intérêt ?

Dans le cadre de votre activité de santé libérale, vous êtes amenés à utiliser un véhicule (voiture / 2 roues) vous déplacer. Cela entraine nécessairement des charges dans votre comptabilité. L’administration vous propose de les évaluer sur la base des dépenses réellement engagées (frais réels) ou sur la base d’un forfait (les fameuses indemnités kilométriques -IK-). Devant la popularité des IK, les frais réels ont-ils encore un intérêt ? Eléments de réponse.

Vous souhaitez nous proposer vos articles ?

Une question ? Contactez-nous
* Champs obligatoires
Ou par téléphoneO9 81 98 70 90
Votre message a bien été envoyé !