Le prélèvement à la source pour les BNC  (Bénéfices non commerciaux)

Le prélèvement à la source pour les BNC (Bénéfices non commerciaux)

Après l’achèvement de la déclaration 2035, vous remplissez votre déclaration de revenus personnelle. Dès 2019, l’impôt sur le revenu sera prélevé à la source. Comment s’organiser lorsque vous déclarez des bénéfices non commerciaux (BNC) ?

 

Jusqu’à aujourd’hui, vous déclariez en année n+1 vos revenus de l’année n.
A partir de cette base, Bercy établissait un impôt payable par tiers (on pense à celui de septembre, juste après l’été…) ou par prélèvements mensuels si vous aviez opté pour cette solution. Il en découlait un décalage de trésorerie, éventuellement complexe, entre la date d’encaissement des revenus et la date de décaissement de l’impôt.

 

Une solution habituelle dans le monde occidental : le prélèvement à la source.

Inversement au système en place, l’objectif est d’opérer l’imposition quand survient la paie. Plus de décalage de trésorerie, gestion personnelle améliorée, risque d’évasion fiscale réduit : ce type de prélèvement a été opté par de nombreux pays.

 

Une mise en œuvre parfois complexe
Le prélèvement à la source est simple et rapide lorsqu’on est salarié (puisque le salaire mensuel est connu et déclaré par l’employeur). Mais la nouvelle mesure du Gouvernement se complexifie lorsqu’on exerce en BNC. Dans ce cas-ci, les revenus ne sont ni constants, ni connus à l’avance facilement.

 

bannière comptabilité professionnels de santé

 

 

Les professionnels de santé libéraux verseront un acompte mensuel ou trimestriel à Bercy, calculé sur la base des revenus des mois précédents.
La somme sera régularisée en fonction du revenu réel. Le contribuable libéral aura la possibilité de décaler le paiement de cet acompte, notamment si ses revenus diminuent. Dans ce contexte, un logiciel comptable automatisé en temps réel comme Self-Med permet d’optimiser son imposition.

Les premiers acomptes seront établis par le taux d’imposition personnalisé issu de la déclaration de revenus.

Si votre activité libérale était en déficit l’année dernière, vous ne serez redevable d’aucun acompte.

 

Attention à vos crédits d’impôt.

Si vous bénéficiez de crédits d’impôt (garde d’enfant, défiscalisation immobilière…), ces derniers ne sont pas pris en compte dans le prélèvement à la source. Ils vous seront remboursés en août/septembre n (avec, pour certains crédits d’impôt, un versement anticipé de 30% au mois de mars. Le taux de prélèvement sera plus élevé que le taux réel et un effort sera demandé aux ménages entre le 1er janvier n et la date de remboursement des crédits d’impôt.

Le prélèvement à la source n’est en aucun cas une formalité pour les professionnels de santé libéraux.

Professionnels de santé : sachez gérer la relation avec votre expert-comptable

Professionnels de santé : sachez gérer la relation avec votre expert-comptable

Pour honorer vos obligations comptables, fiscales et sociales, vous avez choisi de collaborer avec un expert-comptable. Vous lui envoyez vos pièces comptables, vos documents administratifs ou vos courriers fiscaux et il transforme cela en déclarations, gages de sérénité pour le contribuable que vous êtes. Pour autant, et au-delà de la nécessaire confiance placée en ce partenaire, comment s’organise la collaboration avec votre cabinet comptable ? Explications.

Frais de déplacement : les frais réels ont-ils encore un intérêt ?

Frais de déplacement : les frais réels ont-ils encore un intérêt ?

Dans le cadre de votre activité de santé libérale, vous êtes amenés à utiliser un véhicule (voiture / 2 roues) vous déplacer. Cela entraine nécessairement des charges dans votre comptabilité. L’administration vous propose de les évaluer sur la base des dépenses réellement engagées (frais réels) ou sur la base d’un forfait (les fameuses indemnités kilométriques -IK-). Devant la popularité des IK, les frais réels ont-ils encore un intérêt ? Eléments de réponse.

Prévoyance Madelin : comprendre la déductibilité fiscale de vos cotisations

Prévoyance Madelin : comprendre la déductibilité fiscale de vos cotisations

Dans le cadre de votre exercice libéral, vous avez pensé à souscrire un contrat de prévoyance : c’est bien ! Vous êtes à présent assuré en cas d’incapacité de travail. Votre assureur vous a aussi vanté la possibilité de déduire les cotisations payées… mais il y a des limites et une optimisation à trouver. On vous explique.

Vous souhaitez nous proposer vos articles ?

Une question ? Contactez-nous
* Champs obligatoires
Ou par téléphoneO9 81 98 70 90
Votre message a bien été envoyé !