L’acquisition d’un nouveau véhicule :  un impact financier à optimiser

L’acquisition d’un nouveau véhicule : un impact financier à optimiser

Dans la lignée d’un précédent article sur la voiture électrique, nous avons souhaité approfondir le système du bonus / malus automobile pour éclairer les professionnels de santé qui changeront de véhicule en 2019. Une piste potentiellement intéressante pour faire des économies tout en se faisant plaisir.



A la suite du Grenelle de l’Environnement de 2007, le législateur a instauré un dispositif visant à aider l’acquisition de véhicules propres (bonus) ou, au contraire, à pénaliser l’achat de véhicules polluants (malus).



Bannière comptabilité des pros de santé

 

De quoi s’agit-il ? Trois cas de figure doivent être distingués :



  • Le bonus écologique : il s’agit d’une aide financière attribuée à tout acquéreur d’ un véhicule électrique (cad émettant moins de 20g de CO2 / km - art. D251-1 et suivants du code de l'énergie) quel que soit le mode d’acquisition (achat ou location longue durée) ; le bonus écologique existe pour les voitures mais aussi les cycles motorisés (deux, trois ou quatre roues).



  • La prime à la conversion : cumulable avec le bonus écologique, il s’agit d’une prime versée lors de l’achat d’un véhicule (neuf ou occasion) et de la destruction simultanée d’un véhicule ancien. Vous souhaitez vous séparer d’un véhicule ancien ? Nous vous recommandons de cliquer ICI pour en savoir plus sur la prime à la conversion.



  • Le malus écologique : à l’inverse du bonus, il s’agit d’une taxe liée à l’acquisition d’un véhicule polluant (au sens de l’art. 1011 bis du CGI). Le malus se déclenche de manière progressive pour tout véhicule émettant plus de 117g de CO2 / km (contre 120g / km avant le 1er janvier 2019). Sachez que la tendance est (logiquement) à une diminution régulière du seuil de déclenchement du malus. Attention, les véhicules polluants peuvent être soumis à d’autres taxes : taxe additionnelle sur le certificat d'immatriculation, taxe sur les voitures de tourisme de forte puissance et taxe annuelle de 160 € pour la détention des véhicules les plus polluants.



Concrètement, quelles sont les sommes en jeu ? Loin d’être anecdotique, le système du bonus / malus a les impacts suivants pour une voiture :

 

Bonus : + 6.000 € dans la limite de 27% du prix d'achat


Prime à la conversion : De + 1.000 € à + 5.000 € selon le véhicule acquis et la situation de l’acquéreur


Malus : De -35 € à -10.500 € en fonction du CO2 émis par le véhicule



Deux astuces à savoir :

  • Les montants de la prime à la conversion sont majorés pour les foyers non imposables ;



  • Les familles nombreuses (au-moins 3 enfants) peuvent demander un remboursement partiel du malus écologique en renseignant le formulaire disponible ICI.



Conclusion : en souhaitant influer en profondeur sur les comportements d’achat automobiles, le législateur a instauré un système pouvant avoir un impact significatif sur le prix d’un véhicule. Si vous ne passez pas par un vendeur professionnel capable de déduire votre bonus / prime à la conversion de votre facture, il vous faudra réclamer directement votre aide auprès du Fonds d'aide à l'acquisition de véhicules propres, géré par l'Agence de services et de paiement (ASP).

Professionnels de santé : sachez gérer la relation avec votre expert-comptable

Professionnels de santé : sachez gérer la relation avec votre expert-comptable

Pour honorer vos obligations comptables, fiscales et sociales, vous avez choisi de collaborer avec un expert-comptable. Vous lui envoyez vos pièces comptables, vos documents administratifs ou vos courriers fiscaux et il transforme cela en déclarations, gages de sérénité pour le contribuable que vous êtes. Pour autant, et au-delà de la nécessaire confiance placée en ce partenaire, comment s’organise la collaboration avec votre cabinet comptable ? Explications.

Frais de déplacement : les frais réels ont-ils encore un intérêt ?

Frais de déplacement : les frais réels ont-ils encore un intérêt ?

Dans le cadre de votre activité de santé libérale, vous êtes amenés à utiliser un véhicule (voiture / 2 roues) vous déplacer. Cela entraine nécessairement des charges dans votre comptabilité. L’administration vous propose de les évaluer sur la base des dépenses réellement engagées (frais réels) ou sur la base d’un forfait (les fameuses indemnités kilométriques -IK-). Devant la popularité des IK, les frais réels ont-ils encore un intérêt ? Eléments de réponse.

Prévoyance Madelin : comprendre la déductibilité fiscale de vos cotisations

Prévoyance Madelin : comprendre la déductibilité fiscale de vos cotisations

Dans le cadre de votre exercice libéral, vous avez pensé à souscrire un contrat de prévoyance : c’est bien ! Vous êtes à présent assuré en cas d’incapacité de travail. Votre assureur vous a aussi vanté la possibilité de déduire les cotisations payées… mais il y a des limites et une optimisation à trouver. On vous explique.

Vous souhaitez nous proposer vos articles ?

Une question ? Contactez-nous
* Champs obligatoires
Ou par téléphoneO9 81 98 70 90
Votre message a bien été envoyé !