Transformer un logement d’habitation  en cabinet médical

Transformer un logement d’habitation en cabinet médical

Vous avez trouvé le lieu idéal pour y installer votre cabinet médical, et c’est un logement d’habitation. Certaines démarches administratives sont obligatoires avant d’entamer des travaux.



Changer la nature du logement

En principe, changer un local d’habitation en local professionnel exige une démarche administrative à la mairie (appelée réglementation d’usage). L'autorisation de changement d'usage, régie par le Code de la construction et de l'habitation, n'est obligatoire que dans les cas suivants :

  • Projet d’aménagement de tout local d’habitation et ses annexes (logements-foyers, chambres de service, logements de fonction, logements inclus dans baux commerciaux, locaux meublés, loges de gardien etc.)

  • Projet d’aménagement de tout local d’habitation situé dans les communes de plus de 200 000 habitants et dans les départements des Hauts-de-Seine (92), de la Seine-Saint-Denis (93) et du Val-de-Marne (94), sauf dans les zones franches urbaines (ZFU-TE).

 

 

Changer la destination du logement

 

Passer d’un logement à un local professionnel médical est un changement de destination soumis aux règles d’urbanisme. Le type de demande d’autorisation à l’Administration sera différent si des travaux sont prévus :

 

  • Soit le changement de destination nécessite des travaux créant plus de 5 m² de surface de plancher ou modifiant les structures porteuses ou la façade de l’immeuble : permis de construire obligatoire.

  • Soit le changement de destination s'effectue sans travaux, ou avec des travaux d'aménagement intérieur légers : déclaration préalable obligatoire.

 

Bannière comptabilité des pros de santé

 

Obligation fiscale et sanctions applicables

 

Les changements d’affectation des logements en locaux à usage professionnel doivent être déclarés à Bercy. La valeur locative cadastrale des locaux sera mise à jour, et votre taxe foncière également.

De ce fait, en tant que propriétaire vous devez adresser, au bureau du cadastre dont dépendent les locaux, une déclaration IL n°6704 dans les 3 mois.

 

Sachez qu’un local transformé sans l’aval de Bercy devra être remis en l’état et réaffecté à un usage d’habitation dans un délai de six mois ou le délai octroyé par le tribunal administratif. De plus, exercer dans un tel local sans autorisation est susceptible d’une sanction de 25 000 €.

 

Avant d’acheter un tel logement, faites une étude sur les aménagements indispensables et possibles et vérifier toujours en amont que le règlement de copropriété prévoit le droit d’exercer votre activité libérale médicale au sein de l’immeuble.

Professionnels de santé : sachez gérer la relation avec votre expert-comptable

Professionnels de santé : sachez gérer la relation avec votre expert-comptable

Pour honorer vos obligations comptables, fiscales et sociales, vous avez choisi de collaborer avec un expert-comptable. Vous lui envoyez vos pièces comptables, vos documents administratifs ou vos courriers fiscaux et il transforme cela en déclarations, gages de sérénité pour le contribuable que vous êtes. Pour autant, et au-delà de la nécessaire confiance placée en ce partenaire, comment s’organise la collaboration avec votre cabinet comptable ? Explications.

Frais de déplacement : les frais réels ont-ils encore un intérêt ?

Frais de déplacement : les frais réels ont-ils encore un intérêt ?

Dans le cadre de votre activité de santé libérale, vous êtes amenés à utiliser un véhicule (voiture / 2 roues) vous déplacer. Cela entraine nécessairement des charges dans votre comptabilité. L’administration vous propose de les évaluer sur la base des dépenses réellement engagées (frais réels) ou sur la base d’un forfait (les fameuses indemnités kilométriques -IK-). Devant la popularité des IK, les frais réels ont-ils encore un intérêt ? Eléments de réponse.

Prévoyance Madelin : comprendre la déductibilité fiscale de vos cotisations

Prévoyance Madelin : comprendre la déductibilité fiscale de vos cotisations

Dans le cadre de votre exercice libéral, vous avez pensé à souscrire un contrat de prévoyance : c’est bien ! Vous êtes à présent assuré en cas d’incapacité de travail. Votre assureur vous a aussi vanté la possibilité de déduire les cotisations payées… mais il y a des limites et une optimisation à trouver. On vous explique.

Vous souhaitez nous proposer vos articles ?

Une question ? Contactez-nous
* Champs obligatoires
Ou par téléphoneO9 81 98 70 90
Votre message a bien été envoyé !