Médecins :  le « temps choisi » ou l’art de la retraite active

Médecins : le « temps choisi » ou l’art de la retraite active

Dans un précédent article, nous vous présentions les avantages, mais aussi les inconvénients, du cumul emploi / retraite. Le « temps choisi » se présente comme une alternative intéressante à long terme. Explications.

 

Qu’est-ce que le « temps choisi » ?

Il s’agit de la poursuite de votre activité libérale à temps partiel (ou même temps plein) au-delà de 62 ans sans liquidation de vos droits à la retraite (contrairement au cumul emploi / retraite).
Concrètement, le « temps choisi » vous permet de retrouver du temps personnel tout en continuant votre activité médicale dans les plages horaires qui vous conviennent.

 

Pourquoi le « temps choisi » est-il intéressant ?

 

Pour deux raisons :

  • Contrairement au cumul emploi / retraite, vous êtes toujours couvert par le régime invalidité-décès (indemnités journalières, rente invalidité, capital décès) ;

 

  • Vous bénéficiez d’une majoration de votre retraite le jour où vous liquiderez vos droits (1,25 % par trimestre de report entre 62 et 65 ans, 0,75 % par trimestre entre 65 et 70 ans) ; à l’inverse du cumul emploi / retraite, vos cotisations CARMF ne sont pas versées à fonds perdus et produisent un gain de pouvoir d’achat.

 

Dans son Guide du cumul (disponible ICI), la CARMF donne une illustration intéressante en prenant le cas d’un médecin de 65 ans dégageant un revenu libéral annuel de 80.000 € :

  • En maintenant son activité à temps plein une année supplémentaire, celui-ci toucherait jusqu’à son décès un montant net global de retraite de 676 K€ (avant impôt sur le revenu) ;

 

  • S’il avait liquidé ses droits à la retraite, le même montant net global de retraite serait tombé à 636 K€ ;

 

  • Dans cet exemple, une année d’exercice supplémentaire génère 40 K€ net de droits à la retraite, soit un supplément d’environ 170 € net / mois.

 

Bannière essai gratuit Self-Med

 

Il y a bien un inconvénient par rapport au cumul emploi / retraite ?

 

Oui, en cas de passage à temps partiel, il y aura une perte immédiate de pouvoir d’achat puisqu’il n’y aura pas de compensation par une pension de retraite.

 

 

Conclusion : financièrement, le « temps choisi » offre une alternative pertinente au cumul emploi / retraite. L’exercice à temps partiel entraîne une baisse de pouvoir d’achat qu’il convient d’anticiper.
Le « temps choisi » peut aussi être l’occasion de tester de nouvelles formes d’exercice de la médecine moins contraignantes sur le plan administratif comme, par exemple, le remplacement d’un confrère ou des vacations dans un centre de soins.

Exercice en commun :  SCM ou SISA ?

Exercice en commun : SCM ou SISA ?

Dans le cadre de votre activité libérale, vous envisagez d’exercer avec des confrères/consœurs et/ou d’autres professionnels de santé. Une fois le projet médical défini (pourquoi travailler ensemble ?), il va falloir définir les modalités pratiques de cette association (comment travailler ensemble ?). Le choix de la structuration juridique est un enjeu primordial. Explications.

Professionnels de santé : sachez gérer la relation avec votre expert-comptable

Professionnels de santé : sachez gérer la relation avec votre expert-comptable

Pour honorer vos obligations comptables, fiscales et sociales, vous avez choisi de collaborer avec un expert-comptable. Vous lui envoyez vos pièces comptables, vos documents administratifs ou vos courriers fiscaux et il transforme cela en déclarations, gages de sérénité pour le contribuable que vous êtes. Pour autant, et au-delà de la nécessaire confiance placée en ce partenaire, comment s’organise la collaboration avec votre cabinet comptable ? Explications.

Frais de déplacement : les frais réels ont-ils encore un intérêt ?

Frais de déplacement : les frais réels ont-ils encore un intérêt ?

Dans le cadre de votre activité de santé libérale, vous êtes amenés à utiliser un véhicule (voiture / 2 roues) vous déplacer. Cela entraine nécessairement des charges dans votre comptabilité. L’administration vous propose de les évaluer sur la base des dépenses réellement engagées (frais réels) ou sur la base d’un forfait (les fameuses indemnités kilométriques -IK-). Devant la popularité des IK, les frais réels ont-ils encore un intérêt ? Eléments de réponse.

Vous souhaitez nous proposer vos articles ?

Une question ? Contactez-nous
* Champs obligatoires
Ou par téléphoneO9 81 98 70 90
Votre message a bien été envoyé !