Le statut du conjoint collaborateur  du professionnel de santé

Le statut du conjoint collaborateur du professionnel de santé

Un conjoint collaborateur travaille de manière régulière avec son époux/épouse/partenaire de PACS médecin, sans percevoir de rémunération et sans être associé.


Conditions d'affiliation et statut du conjoint collaborateur

Un conjoint exerçant une activité non salariée ou occupant un emploi à mi-temps est présumé ne pas travailler régulièrement dans l’entreprise libérale. Face à cette présomption, il demeure possible d’apporter une preuve matérielle prouvant qu’il/elle participe de manière régulière à l’activité libérale, pour obtenir le statut de conjoint collaborateur.

Le médecin doit envoyer une déclaration précisant le statut opté par son conjoint au Centre de formalité des entreprises.

L’organisme enverra par la suite une notification précisant sa requête, dont il faudra faire une copie et la joindre à la déclaration d’affiliation de la CARMF.

Le conjoint sera affilié dès le premier jour du trimestre civil suivant la date de début de la collaboration. Concernant les prestations familiales, le conjoint collaborateur a droit à :

  • Une allocation de garde d’enfant ou une allocation parentale d’éducation, versée par la CAF.

  • Des droits à la formation, assurés par l’URSSAF.



Bannière comptabilité des pros de santé

 

Cotisations, maternité et retraite du conjoint collaborateur

Le conjoint collaborateur est obligé de verser des cotisations pour :

  • Le régime de base de l’Assurance Maladie

  • Le régime complémentaire vieillesse

  • L’invalidité-décès

Le conjoint collaborateur peut cotiser à une retraite complémentaire appelée Madelin et déduire ses cotisations auprès de la CARMF. Le choix de ces cotisations doit être acté dans les 60 jours après avoir reçu la notification de l’affiliation. Ce choix est valable 3 ans et reconduit pendant 3 autres années, renouvelable sauf si le conjoint collaborateur s’y est opposé. Ses cotisations sont déductibles du résultat du médecin.

Les femmes ayant le statut de conjoint collaborateur ont droit, comme les femmes médecins, à 100 points en sus dans régime de base, dans la limite de 550 points acquis et à partir du trimestre civil suivant l’accouchement.

Les prestations du régime invalidité-décès sont estimées en proportion des cotisations versées et représentent un quart ou la moitié de celles du médecin.

Ces versements de cotisations permettent au conjoint collaborateur, de se créer une retraite personnelle. Ces versements de cotisations annuelles donnent droit aux points de retraite et de trimestre d’assurance, et ce dans les mêmes conditions que le médecin.

En cas de partage d’assiette, la fraction choisie limite les deux tranches de revenus pour le calcul de la cotisation du régime de base. Les conditions de service sont les mêmes que celles des médecins.

Professionnels de santé : sachez gérer la relation avec votre expert-comptable

Professionnels de santé : sachez gérer la relation avec votre expert-comptable

Pour honorer vos obligations comptables, fiscales et sociales, vous avez choisi de collaborer avec un expert-comptable. Vous lui envoyez vos pièces comptables, vos documents administratifs ou vos courriers fiscaux et il transforme cela en déclarations, gages de sérénité pour le contribuable que vous êtes. Pour autant, et au-delà de la nécessaire confiance placée en ce partenaire, comment s’organise la collaboration avec votre cabinet comptable ? Explications.

Frais de déplacement : les frais réels ont-ils encore un intérêt ?

Frais de déplacement : les frais réels ont-ils encore un intérêt ?

Dans le cadre de votre activité de santé libérale, vous êtes amenés à utiliser un véhicule (voiture / 2 roues) vous déplacer. Cela entraine nécessairement des charges dans votre comptabilité. L’administration vous propose de les évaluer sur la base des dépenses réellement engagées (frais réels) ou sur la base d’un forfait (les fameuses indemnités kilométriques -IK-). Devant la popularité des IK, les frais réels ont-ils encore un intérêt ? Eléments de réponse.

Prévoyance Madelin : comprendre la déductibilité fiscale de vos cotisations

Prévoyance Madelin : comprendre la déductibilité fiscale de vos cotisations

Dans le cadre de votre exercice libéral, vous avez pensé à souscrire un contrat de prévoyance : c’est bien ! Vous êtes à présent assuré en cas d’incapacité de travail. Votre assureur vous a aussi vanté la possibilité de déduire les cotisations payées… mais il y a des limites et une optimisation à trouver. On vous explique.

Vous souhaitez nous proposer vos articles ?

Une question ? Contactez-nous
* Champs obligatoires
Ou par téléphoneO9 81 98 70 90
Votre message a bien été envoyé !