Acheter un local professionnel  médical

Acheter un local professionnel médical

Si vous avez trouvé le local idéal pour y installer votre cabinet médical, vous avez plusieurs options. Vous pouvez l’acheter à titre professionnel ou personnel, ou via une société civile immobilière (SCI). Chaque option a ses avantages et ses inconvénients, radicalement différents. Livre à vous de convenir de la solution la plus intéressante selon votre situation.



Acheter un local à titre professionnel

En achetant un cabinet médical à titre professionnel, vous pouvez l’inscrire dans votre bilan annuel et y déduire de votre impôt :

  • Les frais d’acquisition, comme les émoluments du notaire, débours, droits d’enregistrement, sécurité immobilière et TVA

  • Les amortissements futurs du local

  • La taxe foncière annuelle

  • Les dépenses liées aux travaux de réparation, de mise aux normes et d’entretien

  • Les intérêts d’emprunt si vous avez contracté un prêt bancaire

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R16181



Bannière comptabilité des pros de santé

 

Acheter un local à titre personnel

Si vous achetez un local à titre personnel, il sera séparé de vos autres actifs professionnels, le protégeant de vos créanciers éventuels. Les loyers réguliers que vous percevrez vous permettront de régler les charges d’emprunt. Cependant il existe des inconvénients :

  • Les loyers perçus seront imposés, Bercy vous considérant comme un propriétaire-bailleur

  • Seuls les intérêts d’emprunt, si vous avez contracté un prêt, sont déductibles



Acheter un local via une société civile immobilière (SCI)

Si vous choisissez cette option, vous devrez monter une SCI spécialement pour l’achat du cabinet médical. Ce sera cette société qui sera propriétaire et qui, par un bail, vous permettra d’en disposer. Malgré les démarches administratives à prévoir, cette solution est intéressante :

  • Les patrimoines privé et professionnel sont séparés, vous garantissant une sécurité en cas de difficultés financières

  • La transmission de parts de la SCI à vos descendants est plus facile, surtout par le dispositif de donation-partage

  • Les loyers perçus peuvent constituer un complément de revenus

  • Libre choix entre l’imposition sur le revenu ou sur les sociétés

Les contraintes liées à cette solution sont principalement d’ordre administratif et fiscal :

  • L’immatriculation au Registre du commerce et des sociétés (RCS)

  • La rédaction et le dépôt de statuts d’entreprise

  • La tenue d’assemblées générales et la rédaction de rapports annuels

  • Les déclarations fiscales

  • Les loyers perçus sont imposables

Enfin, désigner une personne de confiance comme gérant est également à prendre en compte, puisque ce ne peut être vous.

Exercice en commun :  SCM ou SISA ?

Exercice en commun : SCM ou SISA ?

Dans le cadre de votre activité libérale, vous envisagez d’exercer avec des confrères/consœurs et/ou d’autres professionnels de santé. Une fois le projet médical défini (pourquoi travailler ensemble ?), il va falloir définir les modalités pratiques de cette association (comment travailler ensemble ?). Le choix de la structuration juridique est un enjeu primordial. Explications.

Professionnels de santé : sachez gérer la relation avec votre expert-comptable

Professionnels de santé : sachez gérer la relation avec votre expert-comptable

Pour honorer vos obligations comptables, fiscales et sociales, vous avez choisi de collaborer avec un expert-comptable. Vous lui envoyez vos pièces comptables, vos documents administratifs ou vos courriers fiscaux et il transforme cela en déclarations, gages de sérénité pour le contribuable que vous êtes. Pour autant, et au-delà de la nécessaire confiance placée en ce partenaire, comment s’organise la collaboration avec votre cabinet comptable ? Explications.

Frais de déplacement : les frais réels ont-ils encore un intérêt ?

Frais de déplacement : les frais réels ont-ils encore un intérêt ?

Dans le cadre de votre activité de santé libérale, vous êtes amenés à utiliser un véhicule (voiture / 2 roues) vous déplacer. Cela entraine nécessairement des charges dans votre comptabilité. L’administration vous propose de les évaluer sur la base des dépenses réellement engagées (frais réels) ou sur la base d’un forfait (les fameuses indemnités kilométriques -IK-). Devant la popularité des IK, les frais réels ont-ils encore un intérêt ? Eléments de réponse.

Vous souhaitez nous proposer vos articles ?

Une question ? Contactez-nous
* Champs obligatoires
Ou par téléphoneO9 81 98 70 90
Votre message a bien été envoyé !